30 façons d’augmenter vos niveaux de testostérone

Vous êtes un homme dans la force de l’âge ?

Vous devriez surveiller vos niveaux de testostérone.

Et pas uniquement pour rire d’enfin vous voir si beau en ce miroir.

La testostérone est responsable de vos attributs masculins : un déficit de cette hormone se traduit par un faible niveau d’énergie, un corps de lâche une perte de tonus musculaire, une libido asphyxiée et un état anxieux, voire dépressif.

Un déficit en testostérone peut conduire, dans les cas d’hypogonadisme avéré – l’incapacité de l’organisme à produire des quantités suffisantes de testostérone – à de sérieuses complications: alzheimer, démence, maladies cardiovasculaires et même cancer de la prostate – les dernières recherches sur le sujet concluent qu’un faible niveau de testostérone peut favoriser cette maladie, et non pas un niveau élevé comme ce fut longtemps admis.

Or notre environnement est saturé de perturbateurs endocriniens qui réduisent drastiquement les niveaux de testostérone chez les animaux comme les hommes, à quoi s’ajoutent plusieurs de nos comportements qui achèvent, concrètement, de nous castrer.

Messieurs. Rétablir un niveau optimal de testostérone dans votre organisme peut faire la différence entre subir la suite des jours comme une interminable corvée et une existence pleine de vitalité.

Un niveau optimisé de testostérone :

-Améliore la santé cardiaque et prévient les maladies cardiovasculaires.

-Améliore la fonction cérébrale, augmente la sécrétion de dopamine, soulage la dépression, améliore les capacités cognitives et la mémoire.

-Prévient l’ostéoporose, cause majeure de décès chez les personnes âgées.

-Réduit l’inflammation via la suppression des cytokines inflammatoires
et la stimulation de cytokines anti-inflammatoires.

-Augmente de façon significative la libido.

Et en effet, avec une alimentation raisonnée et suffisamment d’exercice physique, un niveau optimisé de testostérone peut avoir un impact significatif sur votre physique :

À gauche : début de trentaine, je fais des pompes et des tractions chaque jour et j’ai un taux de testostérone qui est au milieu de la plage considérée comme normale.

À droite : début de quarantaine, je vais à la salle de sport 3 fois par semaine et j’ai un taux de testostérone qui est au plus haut de la plage considérée comme normale.

On pourra examiner la liste qui suit et tergiverser sur l’efficacité de tel ou tel point au prétexte que la science n’est pas catégorique, mais cela serait passer à côté du propos essentiel de ce texte, qui est le suivant : notre santé et, dans le cas qui nous intéresse, notre niveau de testostérone, opèrent dans un continuum.

Pour le dire autrement, vous ne vous réveillez jamais deux fois dans le même corps.

Votre état de santé n’est à aucun moment figé, il répond en permanence aux stimuli que vous lui imposez et peut donc, si vous le décidez, s’améliorer de façon continue.

Concrètement, une baisse ponctuelle de votre niveau de testostérone n’a pas de conséquence majeure.

En revanche, une baisse ponctuelle multipliée par x au cours d’une décennie finit par se voir.

La liste qui suit est divisée en trois catégories : diététique, physique et habitudes.

Pour maximiser vos résultats, mettez en application autant d’éléments que possible afin de mesurer lesquels sont les plus bénéfiques pour vous.

Pour aller vite, commencez par les fondamentaux :

  • Réduisez le sucre
  • Favorisez le bon gras et les protéines
  • Soulevez des poids
  • Cessez d’être en surpoids

Voici donc 30 façons d’augmenter vos niveaux de testostérone

DIÉTÉTIQUE

1. Réduisez l’alcool

À bien des égards, boire fréquemment est destructeur.

À larges doses, l’alcool fait notamment chuter votre niveau de testostérone de façon drastique.

La bière – et ça me fait beaucoup de peine de le reconnaître – est particulièrement sournoise car non seulement elle fait baisser, comme toute boisson alcoolisée, votre taux de testostérone mais le houblon agit de surcroît comme un phytoestrogène.

Double peine : baisse de l’hormone masculine et hausse de l’hormone féminine.

Un drame, vous dis-je.

Si vous êtes comme moi un amateur de bière âgé de plus de 40 ans, vous aurez constaté que ce succulent breuvage sanctionne tout abus par une accumulation de cellulite au niveau des pectoraux, des hanches et du pourtour abdominal.

Jusqu’à mon quarantième anniversaire et malgré une consommation, disons, décomplexée, je suis passé entre les gouttes.

Mais au lendemain de ce jour de gloire dûment célébré, je me suis réveillé avec ce qu’il convient d’appeler un bide – de type tenace – contre lequel je lutte encore à ce jour.

Si vous voulez mon avis, la meilleure solution consiste à éliminer totalement la bière du quotidien pour mieux la savourer lors d’occasions conviviales voire festives, où chaque gorgée n’en est que meilleure.

2. Réduisez le sucre et les glucides

De fortes doses de sucre réduisent de façon aiguë les niveaux de testostérone.

Un régime alimentaire qui comporte de grandes quantités de glucides et de sucres transformés est une punition pour notre système hormonal, entraînant une résistance à l’insuline, une inflammation systémique, une augmentation du taux de cortisol et une dégradation de la tolérance au glucose.

3. Consommez des glucides de qualité

Mangez des glucides propres et adaptez votre consommation de glucides à votre niveau d’activité.

Les glucides sont nécessaires à la production de testostérone : le déclin de la testostérone est fréquent dans les régimes pauvres en glucides.

Les glucides considérés comme propres sont les glucides complexes : céréales complètes, pâtes, riz, légumineuses et pommes de terres.

On pourra discuter longuement de l’impact des fruits sur l’organisme mais il sera difficile de soutenir qu’une plus grande consommation de sucre soit une bonne idée car encore une fois, de fortes doses de sucre réduisent de façon aiguë les niveaux de testostérone.

Avec des glucides issus de tubercules, de céréales entières et de légumes, votre régime alimentaire est sain et dense en nutriments.

4. Consommez suffisamment de protéines

Pour le mâle adulte, l’apport quotidien recommandé est de 0,8 grammes de protéines par kilo de corps et par jour.

Pour le mâle adulte qui entretient son corps et pratique donc une activité sportive régulière, cet apport peut monter à 1,7g/kg/jour.

Pour le mâle adulte qui entretient son corps mais a mieux à faire que peser ses aliments avant chaque repas, consommer une source de protéines animales à chaque repas et faire du yaourt grecque son dessert par défaut est amplement suffisant.

Retenez que votre apport en protéines détermine votre masse corporelle maigre, soit le poids de votre corps moins celui de votre masse graisseuse.

Or plus votre masse graisseuse est élevée, plus votre taux de testostérone est bas.

5. Ajoutez de la whey

La whey est l’appellation commune de la protéine de lactosérum. Il s’agit de lait de vache filtré et séché par pulvérisation pour produire des nutriments naturels.

Si vous cherchez à prendre de la masse musculaire ou simplement maintenir un régime alimentaire sain, la whey s’avère pratique et économique.

Pour ceux qui ont du mal a consommer suffisamment de protéines chaque jour, un shake de 50 grammes de whey représente un pourcentage élevé de cet apport quotidien.

Pour le meilleur rapport qualité/prix du marché et un choix de 40 saveurs, commandez votre whey sur MyProtein

6. Favorisez le bon gras

Le cholestérol est un précurseur de la testostérone.

Les régimes faibles en gras font chuter les niveaux de testostérone.

Augmentez votre consommation de graisses saines et d’aliments saturés en acides gras et oméga-3.

Inutile de vous limiter au blanc de poulet.

Mangez ses cuisses, mangez des œufs, du bœuf à 15% de matière grasse, des avocats, du thon, du saumon, du maquereaux, des sardines, utilisez de l’huile de coco, de l’huile d’olive et du beurre.

Consommez des amandes et des noix.

Que nous dit Karadoc ?

“Le gras, c’est la vie.”

Et que dit Emmanuel ?

“Le bon gras, c’est la vie extra.”

7. Évitez le mauvais gras

Évitez les huiles végétales telles que l’huile de maïs, l’huile de soja et l’huile de colza qui ont toutes un impact négatif sur les niveaux de testostérone.

Elles enflamment également l’intestin et les artères, favorisant les maladies cardiaques, la stéatose hépatique (c’est à dire le foie gras. Sauf que là, c’est le vôtre), Alzheimer et la démence.

Non merci.

8. Utilisez de l’huile d’olive

Excellente pour le système cardiovasculaire, l’huile d’olive contribue à la production de bon cholestérol qui est un précurseur de la testostérone.

9. Consommez de la vitamine D

La vitamine D est une hormone qui se trouve dans les aliments tels que les poissons gras, le foie, les œufs, le fromage et le beurre.

Elle est synthétisée dans l’organisme à partir d’un dérivé du cholestérol sous l’action des rayonnements UVB du soleil, ce qui explique pourquoi ceux qui résident dans des régions peu ensoleillées sont fréquemment carencés en vitamine D.

Or une carence en vitamine D se traduit notamment par une baisse du niveau de testostérone.

Pour y remédier, exposez-vous au soleil une demi-heure par jour ou, si vous vivez sous des cieux nuageux, consommez un supplément en vitamine D.

10. Consommez suffisamment d’Omega 3

Les omega 3 sont des acides gras que notre organisme ne produit pas et qui se trouvent essentiellement dans le poisson.

Pour ceux qui en consomment rarement, l’huile de poisson en gélules constitue un moyen direct d’augmenter votre apport en oméga-3.

Personnellement, j’en consomme 2 gélules à chaque repas, essentiellement pour son action lubrifiante sur mes tendons éprouvés par la musculation mais son impact positif sur le taux de cholesterol, les fonctions cognitives et l’humeur ne gâche rien.

11. Testez le bouillon d’os

Plébiscité sous bien des latitudes en raison de ses multiples bénéfices pour l’organisme, le bouillon d’os se distingue de surcroît pour son action régulatrice du système endocrinien.

Riche en ostéocalcine – hormone produite par les cellules osseuses – le bouillon d’os augmente la sécrétion d’insuline et de testostérone.

Voici la recette de bouillon d’os dont grand-mère a le secret ainsi que l’alternative pour les jours où vous n’êtes pas d’humeur à revêtir le tablier.

12. Éloignez le plastique de vos aliments

Les plastiques omniprésents dans nos chaumières sont dits xénoestrogènes, ce qui signifie qu’ils imitent dans notre organisme l’action des œstrogènes naturels – l’hormone féminine.

Pour ces dames, cela se traduit notamment par une puberté de plus en plus précoce ainsi que par une hausse du nombre de cancers du sein.

Pour nous les hommes, les études affichent une baisse de 50% du nombre de spermatozoïdes, une hausse des cancers de la prostate et des testicules ainsi qu’une altération significative de notre morphologie – voilà comment Fernand se retrouve avec un bonnet C et une culotte de cheval.

Il est par conséquent préconisé de privilégier les aliments frais plutôt que les plats préparés et de débarrasser tout ce qui se mange de son emballage plastique pour le stocker dans un récipient de verre.

13. Virez-moi le soja

Au sujet du soja, la recherche est formelle : il s’agit d’un phytoestrogène puissant qui exacerbe donc les caractéristiques féminines et affecte négativement les taux de testostérone chez l’individu qui le consomme.

En outre, la plupart des aliments contenant des protéines de soja et de l’huile de soja sont néfastes sur le plan cardiovasculaire, hormonal, digestif et cognitif.

Exclu à tout jamais.

14. Mangez des avocats

Riche en fibres, source de potassium, de vitamines E, B6 et B9, ce légume qui nous vient du Mexique est un cas unique : il est le seul à contenir des matières grasses.

De bonnes matières grasses, par-dessus le marché, puisqu’il s’agit d’acides gras insaturés qui préviennent les troubles cardiovasculaires.

Les tribus amérindiennes ont érigé l’avocat en aliment de la fertilité, et pour cause : il favorise un niveau sain de testostérone.

En outre, l’avocat est régulièrement utilisé dans la fabrication de produits cosmétiques, notamment pour ses effets régénérateurs sur la peau et le cuir chevelu.

À emporter : Toast + avocat + thon + filet de citron = casse-croûte de champion.

Laviextra.com - testostérone - toast thon avocat

15. Augmentez votre consommation de légumes crucifères

Je laisse ici la parole à la science car en ce qui me concerne, le goût de la plupart de ces végétaux est un motif d’exclusion.

Brocolis, choux, navets, choux-fleur, rutabaga, choux de Bruxelles et autres épinards sont riches en glucosinolates qui favorisent la santé de nos artères et peuvent jouer un rôle préventif contre le cancer.

Ils contiennent également des taux élevés de composés phytochimiques qui aident le corps à bloquer la production d’oestrogène.

Rappelons qu’un excès d’oestrogène peut engendrer rétention d’eau, gain de poids, ostéoporose et problèmes de thyroïde, voire une condition fatale que nous avons déjà suffisamment évoquée.

16. Testez le ZMA

Regroupés dans le complexe ZMA prisé par les musclés, le zinc, le magnesium et la vitamine B6 ont une action synergique qui favorise un taux élevé de testostérone, une baisse du cortisol – l’hormone du stress qui réduit le niveau de testostérone – et une meilleure qualité de sommeil, nécessaire au bon fonctionnement du système hormonal et à la prise de masse musculaire.

Souvent, le ZMA est présenté comme un Booster de testostérone, ce qui est vrai jusqu’à la limite suivante : chez un homme qui souffre d’un déficit de Zinc ou d’un excès de cortisol, le ZMA permet effectivement de retrouver un niveau de testostérone équivalent au niveau précédent le déficit.

En revanche, le ZMA ne peut pas emmener vos niveaux naturels au-delà de ce qui est la norme pour votre organisme.

Si vous êtes en déficit, le ZMA aura une action notoire sur vos hormones mâles.

Si non, votre taux de testostérone ne bougera pas mais vous dormirez mieux et serez moins stressé.

17. Cuisinez avec du curcuma

Le curcuma est un antioxydant de premier choix, ainsi qu’un anti-œstrogène puissant.

Sa haute teneur en curcumine lui confère également des propriétés anti-inflammatoires qui améliorent la santé hormonale et contribuent à élever les niveaux de testostérone.

Comme évoqué dans l’article que j’ai consacré à la réduction du stress et à l’amélioration du sommeil, j’ai intégré le curcuma à mon alimentation quotidienne sous la forme du Samata et je m’en félicite : ce savoureux Golden Milk se présente sous forme de sachets individuels auxquels il suffit d’ajouter de l’eau chaude.

Laviextra.com - Samata - testostérone

18. Réduisez les stimulants

En excès, la consommation de caféine et/ou de boissons énergisantes augmente le cortisol, lequel diminue les niveaux de testostérone.

Or la capacité des stimulants à masquer un déficit de sommeil aggrave encore la situation car le manque de sommeil, lui aussi, fait baisser les niveaux de la précieuse hormone.

Ceci étant, si vous voulez mon avis, la vie sans café n’est pas la vie.

Fort heureusement, il existe des produits bien plus efficaces que la caféine et les boissons énergisantes pour faire le plein d’énergie.

Physique

19. Remuez de la ferraille

Être fort et musclé conduit à une augmentation de vos niveaux de testostérone, laquelle favorise à son tour l’augmentation de la force physique et de son inséparable compagne, la masse musculaire.

La pratique régulière de la musculation améliore considérablement votre état de santé.

La pratique régulière de la musculation améliore également votre confiance en vous, votre vitalité, votre capacité à vous mouvoir et la qualité de votre vie à bien des égards.

Voilà, en détail, tout ce que la musculation peut vous apporter.

20. Travaillez avec le poids du corps pendant 30 jours

Si, pour quelque raison qui dépasse l’entendement, vous n’avez pas encore souscris un abonnement à la salle de sport, évaluez votre condition physique à l’aide des exercices suivants : pompes, tractions et squat.

Combien de chaque pouvez-vous exécuter d’affilée ?

Ces chiffres seront votre point de départ.

Au cours des 30 prochains jours, chaque jour, faite une série de chaque jusqu’à l’échec.

Au cours des 30 prochains jours, chaque jour, augmentez votre score pour chaque exercice.

Au bout de 30 jours, un mâle adulte qui ne souffre pas d’une condition médicale invalidante ni du syndrome de Sapik-Jarett doit être capable d’obtenir les scores suivants : 50 pompes, 10 tractions, 100 squats.

Au 31e jour, souscrivez un abonnement à la salle de sport et poursuivez ce noble travail de sculpture avec les outils idoines.

Laviextra.com - testostérone

21. Courez à toute vitesse

Une décennie sous les drapeaux a réglé la question une bonne fois pour toutes : j’exècre la course de tout mon être et chaque fois que je suis contraint du m’y livrer, elle me le rend en souffrance pure.

Ceci étant, je peux comprendre ceux qui savourent ce châtiment riche en endorphines et même lui reconnaître certains mérites, en particulier s’agissant du sprint : le sprint augmente la puissance et la force des jambes, bien entendu, mais également la puissance et la force du corps dans son ensemble.

Courir vite sur une courte distance améliore le conditionnement, augmente la combustion des graisses et vous confère une capacité athlétique qui se reflète dans votre physique.

Si vous préférez ressembler à sprinter plutôt qu’à un coureur de distance, intégrez le sprint à votre entraînement.

Si vous préférez ressembler à sprinter plutôt qu’à un coureur de distance, souscrivez également un abonnement à la salle de sport car un tel physique ne s’acquiert pas qu’en courant, même très vite.

22. Surveillez votre taux de masse graisseuse

Pour nous les hommes, un niveau correct de masse graisseuse est de 15%.

Au-delà, vous vous exposez simultanément une augmentation de la sécrétion d’œstrogènes et à une diminution de la testostérone, ainsi qu’à un état d’inflammation chronique qui est le terreau, entre autres, des troubles cardiovasculaires, de l’arthrite et du diabète.

Comment faire baisser votre taux de masse graisseuse ?

En respectant un seul impératif : consommez moins de calories que votre corps n’en dépense.

La perte de masse graisseuse ne peut avoir lieu que dans le cadre d’un régime qui induit un déficit calorique.

Tel est le principe commun à tous les régimes axés sur la perte de poids : faible teneur en glucides, teneur élevée en glucides, paléo, végétarien, keto, carnivore, peu importe, tous les individus qui ont perdu du poids en suivant l’un de ces régime ont créé un état de déficit énergétique dans leur organisme – cette loi thermodynamique ne souffre aucune exception.

En bref, il s’agit pour vous de déterminer quel est votre apport calorique quotidien de maintenance, soit la quantité de calories à consommer chaque jour pour vous maintenir au même poids.

Une fois cette valeur connue, réduisez votre apport quotidien de 500 calories jusqu’à parvenir à un taux de masse graisseuse de 15%.

Voilà pour la théorie.

En pratique, du fait que chaque organisme est unique, il s’agit de déterminer la quantité et la proportion de macronutriments – glucides, protéines et lipides – dont votre corps a besoin pour fonctionner de façon optimale et de mesurer précisément la valeur nutritive de vos aliments.

Laviextra.com - testostérone - MyFitnessPal

Avec plus de 11 millions d’aliments dans sa base de données, l’application MyFitnessPal effectue ce travail pour vous – la version de base est gratuite.

Il vous suffit de renseigner votre âge, taille, poids et objectif, l’application vous indique combien de calories absorber chaque jour et combien en contient chaque aliment que vous consommez.

Bonus : vous pouvez vous prendre en photo chaque jour et l’ajouter à votre suivi.

23. Marchez

Aussi simple que l’exercice puisse paraître, la marche à pied à un rythme soutenu constitue une façon aussi efficace qu’accessible de brûler des calories, réduire le stress, stimuler la circulation sanguine, favoriser la récupération après une bonne séance de sport et accroitre la capacité de concentration.

24. Faites-vous violence

Depuis que nous sommes dressés sur nos pattes arrière, nous sommes fascinés par la compétition sous toutes ses formes.

Sportive, notamment.

Or le combat à mains nues en est l’incarnation suprême.

Notre fascination pour l’affrontement physique témoigne de notre attachement à la loi du plus fort qui trouve aujourd’hui encore mille expressions, la première d’entre elles étant biologique : un environnement concurrentiel fait monter les niveaux de testostérone.

Testostérone - Laviextra.com - 30 façons d'augmenter vos niveaux de testostérone. Pic : Ivana Cajina on Unsplash

Je suis d’avis que tout homme devrait savoir donner et recevoir un coup de poing.

La pratique du Muay Thai ainsi que diverses échauffourées à une époque où les skinheads pullulaient dans mon quartier m’ont enseigné qu’être capable de frapper son prochain et s’exposer à être frappé par lui développe une forme de confiance en soi que nulle autre pratique n’enseigne.

La pratique du Muay Thai et ces confrontations adolescentes m’ont également enseigné qu’au regard de ma faible volonté de nuire à mon prochain, il était préférable que je me consacre à des activités qui me correspondent davantage.

J’ai opté pour l’aquariophilie tropicale et le parachutisme.

Habitudes

25. Dormez

Un manque répété de sommeil peut diviser vos niveaux de testostérone par deux.

Moins de sommeil = moins de testostérone.

Voilà l’elixir que j’utilise pour dormir comme un bienheureux.

26. Réduisez le cortisol

Le cortisol est l’hormone du stress.

Plus de cortisol = moins de testostérone.

Si vous mettez en application les stratégies de cet article, vos niveaux de cortisol vont baisser.

Pour aller plus loin, vous pouvez tester le kratom.

27. Scoop : ne fumez pas de cigarettes

Voici la version longue de mon histoire avec le tabac.

Et voilà la version courte : j’ai fumé autant de cigarettes que possible de 15 à 35 ans, âge auquel j’ai découvert le cigare qui m’a permis d’arrêter le massacre.

Ensuite, après m’être ouvertement gaussé de la cigarette électronique et de ceux qui tètent ce disgracieux gadget, je me suis dit bon.

Pour la science.

Essayons.

Vapotage : forme navrante d’intoxication.

Du verbe vapoter, le plus laid de la langue française.

Bilan : voilà plus d’un an que je me trimballe en bandoulière une vapoteuse qui crame des euros et remplace mon oxygène par un nuage de nicotine saveur pop-corn caramélisé sur fond de vanille crémeuse.

Je me console en me racontant que des deux maux c’est le moins pire.

Pour mémoire, un fumeur sur deux meurt d’une maladie liée au tabagisme.

Bonus : fumer entrave la circulation sanguine et provoque des troubles de l’érection.

Voici le livre qui m’a ouvert les yeux après 20 ans de tabagisme à un paquet par jour : la méthode simple pour en finir avec la cigarette, d’Allen Carr.

La vérité.

Arrêtez.

28. Évaluez vos fréquentations

Vos fréquentations passent-elles le plus clair de leur temps à critiquer leur environnement vautrées devant un écran et sous l’emprise de quelque psychotrope ou bien sont-elles tendues vers la réalisation de projets stimulants, toujours partantes pour soulever des poids ou encore s’aventurer d’une manière ou d’une autre hors de leur cocon ?

L’adage nous dit que nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous fréquentons le plus souvent.

L’auto-apitoiement, la résignation et l’amertume sont contagieux.

Une énergie radieuse également.

Soyez attentif à l’impact de vos fréquentations sur vos habitudes de vie.

29. Cessez d’invoquer votre âge comme excuse

Certes, notre niveau de testostérone décline d’environ 1% par an à compter de l’âge de 30 ans et il s’agit d’un processus naturel.

Mais il est également établi que nous pouvons contrer les effets de ce déclin par notre alimentation, un exercice physique régulier et les habitudes bénéfiques décrites dans cet article.

73 ans et ce qu’il faut de testostérone

Quel que soit votre âge, vous pouvez reprendre les rennes de l’attelage et gagner en vitalité, en capacité physique et en confiance en vous.

30. Si nécessaire, ayez recours au Traitement de Remplacement de la Testostérone.

Compte-tenu de la toxicité de notre environnement et de l’impact catastrophique des perturbateurs endocriniens sur notre système hormonal, le niveau moyen de testostérone chez les hommes a baissé de moitié par rapport à celui de nos grands-parents.

Notre niveau de fertilité suit la même pente.

Aujourd’hui, il n’est pas rare que des hommes de vingt ans affichent les niveaux de testostérone d’une personne âgée.

Pour la mesurer, on utilise deux taux : celui de testostérone totale et celui de testostérone libre.

Le taux de testostérone totale doit idéalement se situer entre 6 000 et 9 000 pg/ml (les valeurs de référence des laboratoires se situent entre 2700 et 9700 pg/ml), sachant que 99 % de cette testostérone est liée à des protéines du sang, ce qui la rend inactive.

La testostérone active et disponible dans nos cellules est la testostérone libre dont le taux est idéalement compris entre 25 et 35 pg/ml (18 à 40 pg/ml pour les laboratoires).

Prenons le cas de Fernand : ses bilans sanguins font apparaître un niveau total de 4 000 pg/ml. Son médecin considère que Fernand se trouve dans la plage normale, donc que tout va bien.

Puisque tout va bien, le taux de testostérone libre de Fernand n’est pas mesuré, lequel révélerait un déficit du à son environnement saturé de perturbateurs endocriniens et à son hygiène de vie perfectible.

Or Fernand souffre d’un manque global d’énergie, d’une libido pour ainsi dire inexistante, le bougre accumule de la masse graisseuse malgré une alimentation équilibrée et il ne parvient pas à prendre de masse musculaire en dépit de sa fréquentation régulière de la salle de sport.

À vrai dire, Fernand n’a plus goût à grand chose.

Son médecin lui prescrit donc un cocktail de traitements pour chacune de ces conditions.

La réalité, c’est que Fernand souffre d’un niveau de testostérone libre trop bas pour que son organisme fonctionne correctement mais comme il se trouve dans la plage dite normale, son médecin ne songe pas à y remédier.

Idéalement, Fernand devrait se trouver dans la plage optimale de 6 000 à 9 000 pg/ml de testostérone totale et 25 à 35 pg/ml de testostérone libre.

Pour y parvenir, Fernand devra trouver un endocrinologue ou un urologue qui maîtrise son sujet et qui puisse, si tous les conseils de cet article ont échoué, lui prescrire un Traitement de Remplacement de la Testostérone (TRT), sous forme de gel, de crème ou d’injections de Testostérone.

Fernand devra résister à la tentation de commander lui-même de la testostérone sur internet et se l’administrer tout seul car il s’agit d’une hormone puissante, capable de faire grand bien quand elle utilisée à bon escient mais également susceptible de provoquer une cascade d’effets secondaires – acné, perte de cheveux, pousse des seins par augmentation des niveaux d’estradiol, stérilité, réduction de la taille des testicules, agressivité, dépression – voire de perturber durablement le système endocrinien quand elle est utilisée en dépit du bon sens.

Fernand ne devra s’engager dans cette voie qu’avec l’accompagnement d’un professionnel de santé.

Avec un niveau de testostérone optimisé, Fernand pourrait retrouver voire découvrir une qualité de vie qu’il ne soupçonne pas.

Voilà.

C’était “30 façons d’augmenter vos niveaux de testostérone”.

Si cet article vous a diverti, éclairé ou même inspiré, je vous invite à le partager avec tous ceux qui pourraient en bénéficier.

Force et lumière.

Emmanuel

Et comment ! Je partage volontiers cet article fort intéressant.
Comprenez enfin Pourquoi Vous Foirez (et comment cesser)
GRATUIT : Recevez votre ebook de 35 pages "10 Impératifs Pour Cesser de Foirer". Vous comprendrez enfin quels comportements vous plombent et comment les modifier pour reléguer votre cas de Foirade Chronique au rang de vieux souvenir.
We respect your privacy

Commentaires récents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *